Skip Navigation Links

Return to Contents

"Sur La Coustume De Jersey": A 17th Century Poem

With An Introduction By Richard Falle

Introduction

It was not unknown for people in earlier times to express essential knowledge in verse form.  Doubtless their object was to make the material easier to commit to memory.  Were the subject of such a work for example, Customary Law, the discipline of literary form might, by bringing together diverse and scattered materials, give coherence and system to principles and usages which had evolved over time. This was certainly true of the Summa de Legibus Normannie. This work is not in verse; it has however, both literary style and formal elegance.  Written in the mid-13th century the Summa and its French translation Le Grand Coustumier de Normandie enjoyed such authority and prestige that the Normans did not reform the Ancienne Coûtume until forced to do so by royal edict some three hundred years later. 

It is perhaps because Le Grand Coustumier enjoyed such status in Jersey that another considerable work, the Ancien Coutumier en Vers,[1] a poem of approximately 8000 lines written in Normandy in the late 13th century, has been overlooked and is never cited as authority in the Royal Court.  It was however not unknown locally and it is reasonable to suppose that an anonymous 17th century Jerseyman hoped to emulate the Ancien Coutumier en Vers when composing a poem of some 780 lines entitled "Sur la Coustume de Jersey".  The lines are iambic hexameters, a form known as the Alexandrine, much used in French heroic verse of the period. 

This work has never before been printed.  Indeed, its very existence was until recently, unsuspected[2].  The only copy known to me is one of two manuscripts in a 17th century hand contained in a vellum bound book in my possession.  There is no introduction to the text nor is there any identification of the author.  It is preceded in my book by a copy of the better known work (alas, still unpublished) entitled "Remarques et Animadversions sur la Coustume Reformée de Normandie ou il est monstré jusques ou ladite Coustume est practicable dans les Isles de Jersey et Guernsey."  Beneath this title on the page is the statement "fait par Jean Poingdestre Escre, cy devant Lieutenant Bailly de cette Isle".  Poingdestre (1609-1691) resigned the office of Lieutenant Bailiff in 1676.  The poem may well accordingly, if not necessarily, have been composed after this date.

This poem does not cover every aspect of the local Custom.  The various sections however, deal with subjects central to the age-old preoccupations of the Jerseyman with land, inheritance and the rôle of the Royal Court in Island life.  The analysis is precise and the manner didactic.  The author is concerned with contemporary law; the Custom as it was in 17th century Jersey. This poem does not aim at a mere recapitulation of Ancienne Coûtume.  It begins for example, with a section on contract showing by its prominence the penetration of Roman Law into a society no longer purely feudal in character.  The many blank pages in the volume which follow the end of the manuscript might indicate that a copyist had not finished his task.  Alternatively, this may be the hand of the author himself, and these lines a fragment of a larger design which the author perhaps intended to complete before claiming the work as his own.

The verses on the procedure of the Royal Court contain charming and intimate detail of historical interest.  The Court in the 17th century served a small agricultural community.  The members were countrymen, not townsfolk.  In a largely cashless society they farmed their land.  The Court would accordingly adjourn from time to time to enable its officers to attend to their seasonal concerns.  Thus, the first term would close perforce for ploughing and the sowing of winter wheat:

“Des que le Clair phebus donne à Novembre Entrée

Les principaux Chefs plaids on doit alors fermer

Pour afin de pouvoir Semer les bleds d'hiver

et que la terre aussi puisse étre cultivée"

The second closing of the Chefs Plaids:

"Pour la pêche des Vrecs des Cours on fait closture

Qui sont licentiés le premier de Février

S'y la Marée sert quelquesfois en Janvier

puis la St. George fait des Chefs Plaids l'ouverture"

Here we see the sittings of the Court determined by the spring tides when, with the rest of the community the members of the Court gathered on the foreshore in a ritual already centuries old to harvest the vraic (seaweed) which, when spread on the land, would secure the fertility of the soil. 

The third adjournment of the Chefs Plaids would accommodate the harvest:

"Lors qu'il est rapporté qu'on a vu des Javelles

et que mains ont tondu la Deesse Ceres

Lors on cesse les Cours et demeurent fermes

Jusques à la St. Michel qui fait ouvrir y celle"

An extraordinary closure of the Court would be brought about by the accident of snowfall, perhaps an indication of the cold climate which Western Europe experienced in the late 17th century:

"Et Imortel permettant que cette terre Ronde

d'un beau et blanc tapis ait le Corps revestu

ne peut étre pour lors aucun plaid Soustenu

Jusques à ce que de neige soit decouvert le Monde"

Who might the author be?  Given the subject matter and its authoritative treatment, we are clearly looking for a lawyer with an intimate knowledge of the working practices of the Royal Court.  For centuries, the Jersey Bar was limited to six advocates whose number included two Crown Officers.  Poingdestre in his writings frequently makes disparaging remarks about the ability of the advocates who had appeared before him and indeed of his fellow Jurats[3].  It seems unlikely therefore that many lawyers of the day would have been capable of writing a legal treatise whether in verse or prose.

We are fortunate in having some useful independent information concerning individual members of the Royal Court.  In the summer of 1676, the very year that Jean Poingdestre resigned his office of Lieutenant Bailiff, Charles and William Trumbull came to Jersey.  They stayed for some months at Samarés Manor, the house of their sister Debora wife of Philip Dumaresq, assiduously studying the Island, its institutions and the character of the principal inhabitants.  They recorded their findings in diaries which have happily survived.[4] William Trumbull, a distinguished lawyer, grandson of a former Secretary to the Privy Council and himself later to become Secretary of State and Privy Councillor, clearly had a particular object in making his enquiries.  This is not the place to explore that interesting question.  What is important here however, is that William made thumbnail sketches in his diary of all the members of the Royal Court.  He exposes each of them to a merciless assessment of talent, literacy and character.  Almost without exception, his subjects, mostly connected to the de Carteret family, are seen as illiterate, venal or worse.  Only three of the lawyers would seem to have had the ability and of those only two, the will to have written our poem.

William Trumbull's critical view of the Jersey gentry was shared by his brother Charles.  He thought better of their Guernsey counterparts -

"The Gentry are generally very Civil & genteelly bred & of a better behaviour than those in Jersey, partly because of the Society between themselves & partly from the perpetuall concourse of & correspondence with strangers.  Most of the better sort have a breeding assignd both in France & England & if engenuous cannot but partake in some measure of the good of both those Countryes but educated most commonly at some French university under the Protestants there: their hospitality generally better then in Jersey: more gentile entertainers & their meal better cooked."

In Jersey, the Crown officers, it seems, were without literary pretension.  Certainly William Trumbull had no opinion of them:

"Sir Edward's brother is the King's Attorney; He has not so much Courage openly to bid Defyance to all Justice & Reason, but has every whit as good a Hart; For no Promise can bind him; nor any innocence secure a man, either where the grand interest of the Family [de Carteret] or his private Profitt is concerned ...  His capacity is not great & indeed a Moderate one will serve the turne Hee being sure to undertake no businesse (at least very seldome) that shall miscarry:....."

Of the King's advocate he states:-

"..... John Le Hardy gent. who has no other Character but of a bawling impertinent fellow not at all regarded & allmost decayd & ruind in his Fortunes, being not suffered to share in the Profits & for want of Parts hee is not able to doe anything himselfe & is seldom made use of ...."

We look in vain for inspiration to the members of the Bar.  David Bandinell, who was appointed advocate by Sir Edward de Carteret, was clearly able.  He seems however, too political and populist in character to be our poet.  Trumbull certainly found him wanting.

"A person of good understanding & capacity that has an exact knowledge of all the Island; one whome Sir Edward has constantly made use of in all his Designs .... . Hee is of a Close dissembling temper, well spoken, never forgetting nor forgiving & his ambition whetts his indefatigable Industry to goe through all his Designes; the foundation whereof he layes by insinuating distrusts among all that he feares & by pretending underhand to governe all Parties; by which he has gained great Creditt with many, especially of the comonalty ....".

Of the two remaining candidates Trumbull says this of Philippe Le Geyt (1635 - 1716):

".... now the Lieutenant Bailiff, formerly Clerke of the Court & Steward to Sir Philip de Carteret, was admitted with a general approbation, having allwayes carried himself with much Modesty & Prudence; & besides has made it his businesse to studdy the Lawes of the Island, being not without a competent knowledge of the Civill Law.  He has also the reputation of being a good Judge, if his timerous Nature bee not overawed by those that are his Patrons, whom hee is extreamely Cautious not to disoblidge, & to whom he pays a constant Respect, giving them place, though his Office of Lieutenant Bailiff requires otherwise; & therefore hee is not the Happiest Man in Authority not only because hee payes so dear for it, for also in that being of a meane Discent & no Alliance, he dares not trust to depend wholly upon his Merit or Integrity, but rather more to the Favour of that House [the de Carterets]."

Le Geyt was educated at Huguenot academy of Saumur and later studied law at the universities of Caen and Paris.  His writings indicate a cultivated mind and the ability to have written this poem.  Le Geyt however, in 1676 became subject to the burdens of office as Lieutenant Bailiff and it seems that it was only after his retirement in 1694 that he began to write his various legal treatises.  This fact may tend to disqualify Le Geyt from consideration as our author if, and the inference is not certain, we assume the composition of the poem to have been after 1676 but before Poingdestre’s death in 1691. 

Trumbull's portrait of Jean Poingdestre is carefully studied.  He must have met him in the course of that summer of 1676 and one cannot but suspect that much of Trumbull's information and detailed insight into the character of members of the Court will have come from this source.

"Jean Pointdextre, Esquire is the next in Place, & was the late Lieut.Bailiff: He was admitted Jurate upon a Recomendatory Letter obtaind from above & putt into the place of Lieutenant upon his making a new Modell for the Advantage of the Bailiffs' Place, which hee alone was instrumentall in Procuring.  He is a person of Experience & Capacity, as well in the businesse of the Publiq (having a good knowledge of the Court of England) as in that of the laws of that Country, which he has studdyed beyond any other, & digested the laws of Normandy into a Method sutable to the Practise of the Island.  His great fault is His very passionate temper, which was the Pretence, the Bailiff made use of to putt out from being his Lieutenant; but the true reason was to putt his Power in practise of Placing & Displacing Judges att his pleasure hereafter; which was never don before, but for some heinous Fact, being commonly putt in for Life.  He is undoubtedly the fittest person to help to Compile a Body of Law & is acquainted with all the Abuses in the Practise; besides which advantages his discontent against the de Carterets for his Degradation, will probably make him much more impartiall than he would otherwise have beene, if hee had continued their servant.  And there being no probability of ever rectifying the abuses crept in the Law and Practise of that Island: but by Commissioners that they bee disinterested (every one of the present Jurates having some private Concernes that will bee sure to give a Biass more or less) if any are chosen of the Island to joyne with the others, he will bee the fittest, for the reasons above mentioned."

A graduate of Cambridge, Poingdestre later became a Fellow of Exeter College, Oxford, where it seems, he enjoyed a high reputation for his knowledge of Greek and Latin.  He was a Royalist and when during the Civil War Charles I made his headquarters in Oxford, Poingdestre became known to the King's Ministers and in particular Sir Edward Hyde[5].  Poingdestre was, it seems, offered but refused the post of Latin Secretary to the King.  We also learn from Poingdestre's contemporary and friend Philippe Falle, Rector of St. Saviour:

"He was esteemed one of the best Grecians in the University, able to restore and give a new addition of Hesychius, the Lexicographer, which was long expected from him.  The beautifulist Greek type of the Stephens scarcely excelled his hand writing in that language.  It was, indeed, a disadvantage to him to act on so narrow a Theatre as this little Island, where he had not scope to exert his talents; yet even that makes for his honour, as on the contrary nothing can be more despicable than a man placed in a large scene of action and wanting capacity to fill it with dignity.".

In the 19th century Robert Pipon Marett[6] writes of Philippe Le Geyt’s taking office as lieutenant Bailiff following the resignation of Poingdestre in 1676:

L’éclat des vertus de son prédécesseur venait aussi ajouter aux difficultés de sa position.  Car M. Poingdestre était un homme d’un mérite singulier, dont le génie, naturellement fécond, s’était enrichi par une culture assidue.  Il s’était nourri l’esprit et formé le goût par la lecture des écrits que l’antiquité nous a laissés comme un legs précieux.  Les Lois Civiles lui étaient familières; il les avait méditées avec soin, et en avait fait son édude favorite.  Personne, mieux que lui, n’a connu notre histoire, nos institutions, les privilèges dont nous jouissons, les lois qui nous gouvernent.  It s’en était occupé de bonne heure, et avec une assiduité qui ne se ralentit jamais jusqu’au dernier moment de sa vie.  Quelques ouvrages, que nous aimerions a voir livrés à la publicité, restent encore pour démontrer que ses veilles n’étaient pas stériles, ni ses recherches sans profit.  Pour celui qui venait après un tel homme, it était besoin de beaucoup de talent et de savoir pour éviter même de paraître médiocre, et ce n’est pas un petit honneur pour M. Le Geyt d’avoir su, dans de telles circonstances, non seulement échapper au blâme, mais se concilier encore la faveur de ses supérieurs et l’estime du public.  Et pour preuve qu’il en fut ainsi, nous avons le témoignage de M. Falle, qui dans une note à la fin du quatrième chapitre de la première édition de son histoire de Jersey, prend occasion de déclarer que M. Le Geyt, étant Lieut-Bailli, donna beaucoup de satisfaction par la grande capacité, le rare savoir et l’intégrité parfaite qu’il y déploya.  Ce qui confirme cette louange, c’est qu’il demeura toujours dans son poste pendant que Messire Edouard De Carteret fut Bailli, et lorsqu’il céda cette charge à Messire Philippe De Carteret, Baronnet, son gendre, - celui-ci, le jour même qi’il en prit possession, fit choix de M. Le Geyt pour son Lieutenant, et l’y continua aussi long-temps qu’il vécut lui-même.

In the 20th century E.T. Nicolle[7] compared the qualities of Poingdestre and Le Geyt:

Doué de talents qui suffiraient à orner la carrière de n'impoter quel homme, Poingdestre, par son amour de l'étude des classiques, et des Lois Civiles et Romaines, pour ne pas parler de ses connaissances approfondies des Lois Normandes et Jersiaises, a acquis une place au premier rang de Jersiaises distingués.  La lecture de ses ouvrages ne fera que confirmer leur importance et fera ressortir les traces de l'esprit cultivé de leur auteur et l'intelligence éclairée avec laquelle il examine des questions de droit.  A cet égard les Commentaires de Poingdestre sur les Lois et Coutumes de Jersey rivalisent avec ceux de son grand contemporain Le Geyt.  Celui-ci souvent traite son sujet d'une manière partielle; souvent il s'embrouille ou laisse la question non-résolue; celui-là jamais. Le style de Poingdestre est clair et concis; il parle d'une manière convaincante et avec autorité.  Les écrits de Le Geyt abondent en faits curieux et historiques et en anecdotes agréables.  Les ouvrages de Poingdeste sont rigoureusement juridiques.  Nul Jersiais n'avait une connaissance plus intime de la Coutume de Normandie et ne savait mieux que lui jusqu'où elle était applicable à l'île. 

In a society where cultivated minds were so few that even a Jurat might be illiterate, only Le Geyt, Falle and Poingdestre have left any literary remains.  Falle, a cleric, would not have had the legal knowledge to compose a legal treatise.  Le Geyt’s Calvinist education and later writings do not indicate perhaps an interest in poetry.  Marett however, had evidence which might suggest otherwise;[8]

“Il paraît aussi qu’il cultiva la poésie, non sans quelque succès, si nous devons en croire M. Sorsoliel, qui dit avoir vu un petit recueil de vers de sa façon; mais comme nous n’en possédons maintenant aucun fragment, nous ne pouvons juger par nous-mêmes de leur mérite.”

Could this missing “petit receuil de vers” be our poem on the Coustume?  The possibility cannot be dismissed.  Without a scientific textual and stylistic analysis, however, beyond the scope of this piece and the talent of this writer, it would on the available evidence seem rash to claim that the identity of the author of these verses is beyond doubt.  The judgement of their cotemporaries would seem to favour Poingdestre over Le Geyt in terms of literary skills.  These verses, ornamented with classical allusion and literary device, bear, it is submitted, the finger print of an Oxford don.  Poingdestre, as we know from his other works, happily combined classical learning with a profound understanding of the custom of his native Island and the procedures of the Court.  There will not have been many such men in Jersey then or indeed, at any time.  With some hesitation I accordingly conclude the author of “Sur la Coustume de Jersey” to have been Jean Poingdestre.

The Poem

Des Contracts

Tout Contract fait legal est rendu authéntique

Alors que le Bailly ou bien son Lieutenant

Avecque deux Jurets Signent le passement

Donnant aux Contractans un Serment juridicque

Qui veut Contract passer ces cinq points il medite

(1)  La forme du Contract (2)  l’accord des Contractants

(3)  De pouvoir Contracter, sils sont gens suffisans

(4)  la bonne foy d’iceux (5)  La Matiere licite

1.  La forme du Contract.

La forme du Contract par parolles Verballes

L’exprime ou par papier ou parchemin Ecrit

Qui aux Contracts legaux un bon ordre prescrit

Pour deüment exprimer la matiere legalle

On y doit observer, L’an, le Mois, la journée

des hommes Contractans les noms et qualités

Le lieu, Et bref le nom du Juge et des Jurets

par devant lesquels est la Minute passée

2.  l’Accord des Contractans

A tous Contract il faut un accord Volontaire

Et que les Contractans contractent librement

par un Contract auquel ny a consentement

Mais lequel est forcé il est revocatoire

Comme une femme étant d’un Mary Molestée

l’oblige a Contracter en contre Son vouloir

Car pour la crainte d’un lequel a du pouvoir

Souvent a Contracter la personne est forcée

3.  de pouvoir Contracter, ceux qui sont Suffisans

De pouvoir contracter tous hommes Sont habilles

Exceptés ceux qui Sont par Nature Impuissans

Commes Sourds, et muets, ou qui Sont hors du Sens

ou qui Civillement Sont rendus Inhabilles

Comme Sont les Enfans qui Sont Sous curatelle

Les femmes qui ne Sont avoués des Maris

Ceux qui ont Cogiteurs Esleus par leurs Amis

Juges ou Avocats d’une Chose en Querelle

4.  La bonne foy d’iceux

A tous Contracts il faut user de foy sincere

Sans laquelle un Contract ne doit point Subsister

Car la Loy hait celuy qui de dol veut user

Qui Sous mots ambigus, veut decevoir Son frere

Juste prix, Juste poids, juste nombre et Mesure

partant sont bien requis en tout Contract legal

Lequel doit Contenir l’accord vray et Loyal

Des hommes Contractants, Sans aucune imposture

5.  La Matiere Licite

Le sujet d’un Contract est meuble ou heritage

Duquel Sujet on peut Contracter entre soy

pourvû qu’il ne soit point deffendu par la Loy

et qu’on l’ait pratiqué d’un ancien usage

D’une chose qui est en Cour Litigieuse

On ne doit Contracter ny en faire trafic

n’y de la chose aussy Commune a un public

Ou prohibée du Roy, Sainte ou Religieuse

Actions

Toute Action comprend le Civil ou le Crime

La Civil Action Sintente doublement

Ou possessoirement ou petitoirement

Et par bourse ou par Corps tout Crime Se reprime

Pour la possession:  La Cour Extraordinaire

D’heritage:  la Cour pour la proprieté

Et la Cour de Catel pour comme perpetré

Ces Actions es Cours Se traitent d’ordinaire

Intenter on ne doit Action possessoire

Et petitoire aussy mesle confusement

Par la possession doit tout premierement

Etre vuidée devant qu’action petitoire

Sy la possession de dix ans est prescrite

petitoire Action lors on peut intenter

pour la proprieté;  Mais laise on posseder

Jusques a fin des plet le deffendeur qu’on cite

La Civille Action Avec la Criminelle

on ne doit intenter les deux confusement

Car tout crime sedoit vuider premierement

Or pour dits ou pour faits Sintente la querelle

Cours

Il n’y avoit jadis que deux Sortes d’assise

Qui en deux Cours étoient Seullement distingués

D’heritage et Catel c’étoient les communs plets

pour toutes Actions qui y étoient decises

Mais les proces croissans; pour le bien populaire

par apres les Estats ensembles on convocqua

au de troisiéme plaids enfin on eriga

Ce qu’on nomme a present la Cour Extraordinaire

Aux Ordinaires Cours Catel et heritage

Il Sagist Seullement de la proprieté

Mais a l’Extraordinaire il n’y est que traité

De la possession dedans ce Bailliage

Par Chaque An il y a trois Chefs plaids d’heritage

Ou tous les francs tenants se doivent comparser

Et ou les Avocats Ensuivants leur devoir

Repetent leurs Serments Selon le Vieux usage

La premiere Ouverture des Chefs plaids

Lors que le Soleil vient au point de la Balance

Dans le Mois ou Bachus vient emplir le Tonnel

Entre la Sainte Croix et le jour St. Michel

Des principaux Chefs plaids l’ouverture commence

La Seconde Ouverture des Chefs plaids

Pour les prochains Chefs plaids c’est chose pratique

De les ouvrir toûjours quand lastre aux chevaux

nous fait voir le jeudy d’aprés le jour St. Mor

qui est du mois Janvier la quinziéme journée

La troisiéme Ouverture des Chefs plaids

La St. George est tôujours le tiers terme ordinaire

qui des autres Chefs plaids fait lors Ouvrir la Cour

laquelle est en Avril le Vingt-troisiéme jour

ou le Jeudy d’aprés ledit terme Ordinaire

Dans les Chefs plaids d’Avril c’est chose accoustumée

de Mettre aux causes fin Et lea faire Savoir

Car il faut pour le Moins fin de causes avoir

Une fois dans le temps d’une complete année

Combien il faut des Jurets pour le Moins

pour tenir lesdites Cours &ca.

Les Jurets assistants nos usages limitent

Car il faut Sept Jurets pour ouvrir les Chefs plaids

Mais d’heritage on peut Continuer les plaids

Avec trois Justiciers qui au Bailly assistent

Les Chefs plaids et les plaids par pratiquess usitée

Se tiennent volontiers au Mardy et Jeudy

et Ses doivent assoir toûjours devant Midy

Car on ne peut aprés les douzes heures Sonnées

Aprés Chaque Chefs plaids de la Cour d’heritage

De la Cour de Catel les plaids on peut ouvrir

Mais il faut deux Jurets, pour la pouvoir tenir

Avecque le Bailly, Car tel est nôtre usage

Sy la Cour de Catel et Justice Royalle

pour les Crimes Vuider Sont ensembles Cries

Lors pour les commencer il faudra Sept Jurés

Qui Jugent Sans appel de peines Capitalles

Quand est pour cette Cour qu’on nomme Extraordinaire

A moins de deux Jurets ne se pourra tenir

Et ne pourra aussy ladite Cour Souvrir

S’il est aprés Midy dessus nôtre hemisphere

La premiere Closture des Chefs plaids

Des que le Clair phebus donne a Novembre Entrée

Les principaux Chefs plaids on doit alors fermer

Pour afin despouvoir Semer les bleds d’hiver

Et que la terre aussy puisse étre Cultivée

Les Cours qui vont Souvrant a l’entrée de Decembre

Se ferment par aprés le Vingt-quatriéme jour

Du meme Mois Susdit et ny a point de Cour

Qu’il ne Soit la St. Mor, Car bien je men remembre

La Seconde closture des Chefs Plaids

Pour la peche des Vrecs des Cours on fait Closture

Qui Sont licentiés le premier de Fevrier

Sy la Marée Sert quelques fois en Janvier

puis la St. George fait des Chefs plaids l’ouverture

La troisiéme Closture des Chefs plaids &ca.

Lors qu’il est rapporté qu’on a Vu des Javelles

Et que mains ont tondu la Deese Ceres

Lors on Cesse les Cours et demeurent fermes

Jusques a la St. Michel qui fait ouvrir y celles

L’Extraordinaire Cour Maintenant en usage

Ainsy que les Chefs plaids Souvre et Se va fermant

Il est vray que le Grain par fois la va hastant

Sept ou huit jours devant que la Cour d’heritage

Aditio

Et Imortel permettant que cette terre Ronde

d’un beau et blanc tapis ait le Corps revestu

ne peut étre pour lors aucun plaid Soustenu

Jusques a ce que de Neige Soit decouvert le Monde

Clam des Harou

Le Clam de Haro est tellement respectable

Qu’étant interjettéAmende échet au Roy

Qui doit étre payée comme prescrit la Loy

par cil qui du delict est convaincu Coupable

Le Clam de Haro Sert pour brider l’Insolence

Les torts et les Exces d’un homme batilleur

Aussy d’elles on s’en Sert contre un usurpateur

De sa possession y faisant violence

Pour Sa possession dernierement Annalle

On Ses Sert des Haro affin de la garder

Mais le Clam de Haro ne Sert pour recouvrer

Une possession d’une Main usurpable

C’il qui Crie Haro oblige Sa partie

De cesser aussy tost le prêtendu delict

Si Nonobstant Haro poursuit Son intendit

L’Amende d’Attentat punira Sa folie

Tout bon Sujet du Roy oyant de Son Oreille

Interjetter Haro y doit Sy transporter

Afin que S’il y a quelque Eminent danger

On Saisite les gens qui causent la querelle

Haro Sert contre tous quand cause Sy a donne

Pourvû que ce ne Soit contre officiers Royaux

Mais Haro Sur Haro n’est permis entre Egaux

Ni méme n’est permis entre aucune personne

La Clameur de Haro étant Interjettée

Se prescrit d’an et jour par l’ancienne Loy

C’est pourquoy ceux qui Sont les officiers du Roy

dedans l’an et le jour la doivent voir Vuidée

Retrait lignager

L’heritage Vendu Soit il Noble ou Roture

est Sujet a retrait Et doit le lignager

Dedans l’an et le jour Sa clameur intenter

Et est a commençer du jour de la Lecture

L’heritage échangé ou qui est pris a rente

N’est Sujet a retrait pourvû qu’on n’ait baillé

Marchandises ou Argent en faveur du Marché

Car Sy peu que ce Soit il est estimé vente

Sy celuy lequel est le plus proche a retraire

Neglise aux prochains plaids intenter sa clameur

Sy dans les prochains plaids Se Clame un retrayeur

Quoy que plus Esloigné toûjours on le prefere

Quatre Sortes de gens par Clameur lignagere

l’heritage vendu pouront bien reclamer

premierement pourra le Vendeur retirer

l’heritage qui’il vend par Son droit réméré

Item en Second lieu le parent le plus digne

d’y pouvoir Succeder retirer la pourra

dedans les prochains plaids il Actionnera

Afin de Conserver l’heritage en la Ligne

Item plus en tiers lieu l’homme qui a fait vente

de Ses immeubles biens Sur des fiefs situés

les Seigneurs par qui Son lesdits fiefs possedés

les pourront retirer Soit que Soit terre ou rente

Item en dernier lieu quand quelque personnage

doit quelque immeuble bien dessus Son tenure

qui ait êté Vendu il peut fort librei librement

Retirer ce qu’il doit comme foncier tresage

De ces quatre Susdits il y a difference

Car ils ne peuvent tous ensemble retirer

Mais le plus prochain peut Seullement sy clamer

Premier, Second, et tiers telle est la preference

Pour dire briefvement, la maxime est tres claire

C’est que celuy qui est habille a Succeder

l’est a retraire aussy car il Sy faut regler

Comme aux Successions c’est l’usage ordinaire

Sy le lignager Craint quelque fraude commise

Soit du bord du vendeur ou de l’acquisiteur

peut avoir leur Serment pour connoître l’erreur

Sy aucune y en a paction ou Surprise

Sy aprés leur Serment par l’avis de Justice

Se trouve qu’il y ait fraude ou Collusion

Le Roy amende aura et Confiscation

Des deniers des bourses pour punir leur Malice

Sy l’Acquerant a tins Sinceres procedeures

Au Marché qu’il a fait y ayant retrayment

lors devant l’officier l’on terme le payement

Sy l’acquisiteur veut dedans Vingt-quatre heures

Sy deux lignagers font Egallement instance

Pour un méme retraite le plus prochain clament

Est  toûjours preferé, Mais l’autre protestant

y doit étre receu en cas de Negligence

Retraite ne se fait Sur une autre retraite

Excepté le Vendeur qui a remere tins

Car a Nul lignager retirer n’est permis

Sy la retraite est ja par un lignager faite

Le lignager qui veut un bien vendu retraire

Devant la St. Michel ajournant l’acquereur

Recevra les froment, pourvû que le vendeur

N’est ajour envoyé par vertu du remere

Car l’homme qui retient un remere en Sa Vente

peut dans le temp retin Sa rente retirer

méme d’un lignager, mais il faut envoyer

Ajour a l’acquereur possesseur de la rente

Sy un Champ acheté l’acquereur en Semence

Et qu’aprés un clamant le Vienne retirer

le lignager pourra la terre Moisonner

Des aireures et grains en donnant recompense

Sy un ainé acquert de Sa Soeur le partage

les puisnés ne pouront retirer de l’ainé

Car il est dans lestoc, Mais ce point Excepté

Tous les freres pourront retraire un heritage

Douaire de femme

Le Douaire est acquis a la femme Espousée

de quelle a mis le pied dans le lict Nuptial

Et du propre et Conquest a la tiers du total

Ores qu’ils soient vendus la femme en est douée

Toutes fois Sy durant leur Chaines Conjugalles

qui tient les Maries d’un Hymen assembles

Le Mary acquerant et revendant aprés

La femme pour son tiers ny est point partialle

De ce qui’il peut échoir a l’homme en droite ligne

la femme en a le tiers mais de succession

Qui Collateralle est durant leur union

Dy avoir aucun tiers la Loy la trouve indigne

La femme, cependant en prenant Son Douaire

Sur l’immouable bien doit le tiers decharger

La femme ne peut point plus du tiers demander

Mais moins peut elle avoir par accord Volontaire

La femme ne peut point demander d’arrierages

De Son Douaire deü;  que du jour demandé

Et est aux Maries, par la Loy prohibé

de S’entravantager de Meuble ou heritage

L’homme n’ayant Enfans toutes fois a License

De Son meuble pouvoir la moitié disposer

A Sa femme S’il veut le reste refuser

A la femme on ne peut quelle n’ait joiüssance

Pour le Meuble obligé aux dettes Moblaires

En dechargeant le tiers la femme un tiers aura

Du meuble delaissé Et exempt Sera

des tous fraix funeraux et lais testamentaires

Aux Meubles tiers aura Sy Son Mary fut pere

des Enfans veus vivans quelle auroit Enfantes

Mais la Moitié elle a aux meubles delaissés

Sà ainsy que dit est elle n’est rendue Mere

Sy la femme appercoit qu’argents et arrierages

vont le Meuble excedant elle y peut renonçer

dedans quarant jours Sans au meuble toucher

S’arrestant Seullement dessus Son Mariage

La femme n’aura point de tiers es heritage

Si a Son feu Mary n’a voulu Subvenir

Et en ayant Son tiers elle doit Maintenir

Le tiers pareillement des Maisons et heritages

L’homme qui a Subi de la Mort le Suplice

Sa Veuve ne nean moins Sur Son bien a un tiers

Le Roy ou les Seigneurs qui Sont Ses Heritiers

Luy doivent bailler tiers Selon droit et Justise

L’homme ayant renoncé par un Mauvais Ménage

Sa femme tout fois Son douaire elle aura

Mais de Sa part aussy le tiers elle payera

des rentes ja Crées devant leur Mariage

L’homme demeurant Veuf il peut par franc Veuvage

posseder tout le bien qui a Sa femme etait

S’il a eu Enfant vif mais S’il se marioit

Il perdroit l’usurfruit du Susdit heritage

Femme ayant un Mary de luy authorisée

Son propre bien pourra vendre et aliener

Mais elle ne pourra heritage acheter

pour prejudicier du Mari la lignée

Et partant les Conquêts Constants le Mariage

qu’une femme auroit faits fraudeux sont estimés

La femme et Ses hers partant en Sont privés

Car la femme ne peut acquerir d’heritage

Une femme qui a consenty a la Vente

que Son Mary a fait aucun tiers ny aura

de Sorte qu’en aprés lors qu’a mourir Viendra

De n’y prendre aucun tiers faut quelle se contenter

Mais Sy la femme n’a par Accord volontaire

aux Ventes Consentis elle peut avoir tiers

Sur les Venditions, Mais du Mary les hers

S’ils ont dequoy fournir, refonderont le donaire

Partage d’Heritage

D’heritage il y a deux Sortes Succedables

Les uns tenus du Roy Nobles Son appelés

Pour les autres ils sont rotures Estimés

Impartables les uns Et les autres partables

L’heritage qui tient une Noble Nature

NeSe divise point entre Mains parchonniers

lainé Seul en joüist par Status peculiers

Indivisiblement par primogeniture

Excepté Seullement quand il echet a filles

Car un Fief de Haubert Se peut bien diviser

Jusques a huit portions;  Mais c’est pour ruiner

Quand il echet ainsy, Les plus riches familles

Sy Entre parchonniers echoit un heritage

lequel de par le Roy ait êté annobly

Le tiers par les puisnés en peut étre choisy

A vie Seullement pour leur final partage

Un bien peuvent avoir par entreux les Rotures

Sans que l’ainé en rien y puisse partager

Et tant eux que leurs hers les peuvent posseder

Mais aux Nobles n’auront Nulle part des droitures

Un pere n’ayant point aucun noble heritage

A iceux partiront ses fils Egallement

Et doit le dernier né Esgaller justement

A chacun parchonnier Sa partie d’heritage

Excepté que l’ainé aux puisnés preferable

peut choisir a Son gré quelle part il voudra

Et la Chefve Maison retenir la pourra

par un appreçiement lequel Soit raisonnable

Sy la Cheve Maison a payer est chargée

Au Roy ou aux Seigneurs quantité de froment

alors donc la Moitié du juste appreciement

Seullement par l’Ainé ne Sera que payée

Sy le puisné ne fait les parties Egalles

Mais augmente a l’ainé par trop sa portion

lors douzes hommes loyaux sans Saon ny Sans Soupcon

Reformeront les parts pour demeurer finalles

Sy un pere Mourant delaisse fils et fille

ou parlant en pleurier fils et filles laissant

A l’heritage echeu les filles Succedant

Ils n’auront que le tiers du bien de la famille

S’il ny a qu’une fille et plusieur fils d’un pere

Elle n’aura le tiers en la Succession

Sy le tiers Excedoit d’un fils la portion

Mais ils Succederoient d’une Egalle maniere

A l’heritage écheu S’il y a maints ménages

Et qu’il y ait autant de fils que de logis

Tous les logis seront entre les fils partis

Et les filles n’auront logis en leur partages

Un bien que les puisnés lairoient quarante années

A l’ainé posseder en paix leur portion

Vers les puisnés pourtant ne Court prescription

Car demandant leur pars leur Seront ottroyées

Aussy tost qu’a l’ainé est demandé partage

de l’heritage echeu par aucun parchonnier

l’Ainé doit a la Cour delivrer un entier

A ses freres puisnés pour partir l’heritage

Quand l’entier est baillé par l’Ainé personnage

Sy terre et froments sont écheus pour partir

lors des Apprecieurs en Cour faudra Choisir

Puis Arbitres aprés pour partir l’heritage

Sy les freres puisnés par un Hazard Sa donne

qu’il rencontre en Cour leur ainé parchonnier

Sans nul ajournement l’ainé doit ou Nier

Ou reconnoître au Sang des puisnés la personne

Ses freres (Nuls pour eux) l’ainé doit connoître

Et les puisnés aussy point ne reconnoitront

Ceux qui de leur Ainé la portion auront

pour par un preciput leur portion accroitre

Sy par deux fois deffaut de l’ainé la persone

Instance des puisnés luy faisant Action

Afin d’avoir leurs parts;  de vivre portion

Sur le Second deffaut aux puisnés on Ordonne

Sy l’Ainé decedant ne delaisse lignée

Son frere Second Né le representera

Et ainsi qu’il eust eu tel preciput aura

Sans que Sa part en Soit en rien diminuée

L’Ainé Mourant Sans hers aussy le Second frere

Le tiers né survivant les doit representer

Au Susdit preciput il leur peut Succeder

Ainsy consequement le prochain on prefere

Celuy la lequel ha des filles Mariables

Et de Ses biens Mouvans les part de Son Vivant

Ils Se tiendront partis de Meuble Seullement

lors qu’aprés Son decés ses biens Seront partables

Un pere peut partir de Son Meuble Sa fille

Sy Son meuble ne peut ses dettes deffrayer

Aprés qu’il Sera mort faudra le reporter

Avec les autres biens restes au Domicille

Pour afin qu’en faisant un loyal Invantaire

Tous les biens du logis Soient en vente Exposés

Et par les Crediteurs puissent étre achetés

pour afin de tascher pouvoir leur Satisfaire

Sy les freres puisnés demandent leur partage

De l’heritage Echeu de leur pere inhumé

leur Mere encor vivant, alors le freve Ainé

La mere aprés mourant, aura deux aineages

Car les Eschestes Sont distintes par l’instance

que les puisnés on fait d’une echeue Seullement

Mais les successions tombans confusement

qu’un preciput l’ainé n’aura pour preference

De Succession en Propre

Alors que la Mort l’homme tout Son bien quitte

Des l’heure il en Saisit Son heritier prochain

Sans Ministere aucun il luy met en la main

Pour que Suivant la Loy dudit bien il herite

Le pere decedant l’ainé a l’heritage

pour a Ses parchonniers juste part leur bailler

d’arrierages l’Ainé n’est Sujet de payer

Que du jour qu’ils luy ont demande leur partage

Le fils du fils ainé par Semblable Maniere

Du bien de Son ayeul en doit étre saisy

Entre Ses Oncles et luy il doit étre party

Le fils representant le droit de feu Son pere

Pareillement aussy du fils ainé la fille

Represente le droit de Son pere Inhumé

Sy l’Ainé Meurt Sans hers le frere second Né

Represente l’Ainé au bien de la famille

Sy la Succession est tellement Chargée

que le prochain heritier ne la vieille accepter

Dedans quarante jours il y peut renoncer

Sy par luy n’a êté aucune chose emblée

Sy le prochain heritier renonce a Son E?

Ceux la qui aprés luy Sont heritier proch?

S’ils veullent la pourront accepter en ?

Pourvû que dans le temps en Cour fa?

D’une Succession cil qui sans Invantaire

Aprehende le bien Inconsiderement

D’y renoncer aprés ne peut aucunement

Mais S’oblige a payer ainsy qu’hereditaire

La Succession est Semblablement a la riviere

Qui ne remonte point en trouvant un penchant

Car la Succession y ayant decendant

Ne va aux assendans retrogradant arriere

Que Sy en decendant l’on ne trouve personnne

Qui puisse étre heritier lors faut retrograder

Au prochain ascendant, Et la Sy arrester

Car nôtre usage est tel, Et la Loy nous ordonne

Par Exemple un Enfant decedant Sans lignée

Son pere et non l’ayeul au bien va Succedant

l’oncle herite au Neveu qui n’a point eu d’Enfant

Excluant Ses Enfans regle tres approuvée

On doit Noter icy que Sous les nom de pere

D’ayeul d’Oncle, et Neveu au quatrain devant Mis

Les Genre feminin y doit étre compris

Et Sous le Singulier le plurier on Insere

De côté paternel S’il echet l’heritage

Ny peuvent Succeder les parens Maternels

Sy du Bord Maternels, les parens paternels

D’y pouvoir Succeder n’y ont nul avantage

Car le propre toûjours Succede en droite ligne

Ou en Collateral au bord dont il provient

Et plustost les Seigneurs ainsy qu’un nom Estaint

Par vertu de leurs Fiefs S’en mettroient en Saisine

Les Conquêts provenus du vendu patrimoine

Ne Succederont point Ainsy comme Conquêts

Car les Conquêts jamais tels ne Sont Estimés

Que remplacé, ne Soit le vendu patrimoine

Les Conquêts vont vestant du propre la Nature

Des qu’ils Sont Succedés une fois Seullement

De quelque Bord que Soit, Sy qu’aprés Escheant

Dudit Bord garderont du propre la droiture

Succession Collateralle de Meubles & Conquêts

Quand la Mort a fermé d’un frere la paupiere

A Son meuble et Conquest les freres partiront

Egallement entr’eux ils les partageront

Sans Aineage aucun d’une Egalle Maniere

Preferes Sont toûjours et Sont trouves plus dignes

Aux Meubles et Conquêts les parents paternels

D’y pouvoir Succeder devant les Maternels

S’ils Sont en parité en lestoc de leurs lignes

Car Meubles et Conquêts au prochain du lignage

Vont toûjours Succedant, Et Si en parité

Neveux ou Nieces Sont lors le Masle côté

Succedant Excluera le Maternel branchage

Exceptions

De cette regle icy l’exception premiere

C’est qu’un frere uterin, ou frere paternel

Esgaux a Succeder Ont privilege tel

Qu’ont les freres qui Sont, Et de pere et de Mere

Item en Second lieu la propre Soeur Charnelle

Tant du bord paternel que Maternel côté

Ne peut que Succeder avec Equalité

Avecques l’uterine, ou la Soeur paternelle

Item plus en tiers lieu l’Enfant vivant du frere

uterin Seullement;  Sa part Egallera

Avecques l’Enfant vif du frere qui Sera

tant du bord paternel que du bord de la Mere

Hors ces Exceptions il faut que tu tarreste

A Suivre cette Loy, c’est que le paternel

Exclud en parité le parent Maternel

Et ne Succede point par Souche mais par teste

Par Souche Succeder c’est quand les fils d’un pere

Entre tous eux n’auront que telle portion

Qu’eust peu leur pere avoir en la Successiion

S’il n’eust Senti le dard de la Mort Mortifere

De Varech

Lors qu’un flotant Vaisseau Sur la Mer fait Naufrage

Ou ce qui va flotant par quelque autre accident

Et qu étant agité par londeux Element

Et Des Vents tempeteux S’approche du rivage

On l’appele Varech Si Si proche il seslances

Soit qu’l touche le fonds, ou n’étant pas plus loing

Que quelque homme a cheval ayant la lance au poins

Ne puise librement lattoucher de Sa Lance

l’allusion qui est la plus propre a naïve

De ce mot de Varech, Semble venir du Mot

De Vvech lequel étant par la tempestueux flot

Desracine des rocs est jetté a la rive

Lors que quelque Varech Sur quelque fief prend terre

Le Bailly ou Viconte ou Denonciateur

(Afin qu’il ne Soit point commis aucune erreur)

pour lever le Varech faut incontinant querre

Pour que devant l’un d’eux Soit fait un Inventaire

Des choses du Varech Sur le Fief arrives

pour qu’au Seigneur du Fief en garde soient bailles

anidurant an et jour nulle vente en Soit faite

Sy le Varech jette par la Mer au rivage

Ne Se peut point long temps garder Sans Empirer

Lors il le faudra Vendre et le prix Sequestrer

Dans les Mains du Seigneur a qui est le gravage

Sy devant l’An et jour que le Varech print terre

Celuye qui la perdu vient a le reclamer

Trouvant que c’est a luy faudra luy rebailler

contentant les trouveurs qui l’ont Sauvé a terre

Car durant l’An et jour la garde en est baillée

Au Seigneur de ce Fief la ou le Varech vient

Afin qu’il Soit rendu a qui il appartient

mais aprés l’An et jour de la chose trouvée

Alors donc le Varech est rendu proprietaire

Au Seigneur de ce Fief ou il est arrivé

Contentant les trouveurs leur étant alloué

Le tiers ou la valeur pour leur peine et Salaire

Excepté l’or l’argent metaux richement rare

Soit qu’ils Soient en Vaisseaux en masse ou Monoyé

Sy plus que de Vingt francs vaillans Sont Estimés

La Majesté du Roy de ces choses Sempare

Les pierres de grand prix aussy Sont Exceptés

Et le Roy les retient aussy les francs Oiseaux

Lyvoire le Coral francs Chiens et francs Chevaux

Et lescarlate aussy laquelle n’est tachée

Aussy Sont Exceptes par le Roy Nôtre Sire

Les Subelines peaux aussy le Verd de gris

Ballots de draps Entiers et de Soyries de prix

Bref tous poissons Royaux Le Roy Seulle les desire

Ces choses exceptés ce qui vient au rivage

Soit par laide des Vents forts et tempestueux

Ou par les Oceants en leur cours rapideux

Appartient au Seigneur auquel est le Gravage

Quand aux choses qui Sont le jouet de Nerée

qui du bord Esloignés des flots Sont agites

Et par laide d’autruy Sont a terre amenes

Ou qui étans a fonds Sont neantmoins Sauvés

Le Roy lequel Se dit L’Admiral de Neptune

y veut clamer le tiers et le tiersaux Sauveurs

Quand est pour l’autre tiers appartient aux Seigneurs

Sy dedans, l’An et jour ny a Clameur aucune

Testamens

Tout testament n’est point legal n’y Juridique

S’il n’est mis par écrit presence de temoins

Ecrit du Testateur ou Signe pour le Moins

Le Doyen l’approuvant pour le rendre authentique

Des que le Testateur Abandonne Sa Vie

lors prend force et Vertu Son dernier Testament

lequel pour étre fait bien juridicquement

faut Observer les points que La Loy Specifie

Celuy qui veut tester, premier qu’il considere

Si libre est de tester, que c’est qu’il peut tester

A qui c’est qu’il commet Son legs d’executer

Les témoins de Son legs, Et bref Ses legatiaires

Ceux qui de Contracter ont la puisance Ostée

ne peuvent point tester aussy aucunement

tels Sont le Sourd, Muet, fol, et pupille Enfant

Et la femme qui n’est du Mary Avouée

L’homme ou femme n’étant Sous les lois d’hymenée

Et qui ayant Vint ans peut Son bien gouverner

Tous Ses Meubles il peut S’il voit bon de tester

Mais Ses dettes Seront premierement payées

Celuy qui Marié;  a Sa personne preste

Sans nuls hers de Sa Chair du Monde des loger

De Ses Meubles ne peut que la moitié tester

Car A Sa Veuve vient l’Autre moitié de reste

L’homme etant Marié, Et lequel a lignée

de Ses Meubles tester que du tiers ne pourra

Car a Sa Veuve un tiers de droit apparriendra

l’autre tiers aux Enfans leur Sera allouée

Sy un pere et Mary doit dettes Mobilaires

Il ne peut pas le tiers de Ses meubles tester

Par Sur le tiers faudra les Crediteurs payer

Et les fraix funeraux Le reste aux legataires

Mais Sy le Testateur doit, Nonobstant il teste

S’il doit plus que le tiers des Meubles delaisés

Ses Crediteurs Seront premierement payés

La Veuve Et les Enfans mi partiront le reste

Celuy qui en faisant Son legs Testamentaire

De Ses immeubles biens a quelcun donneroit

Alors Son testament Inutille Seroit

Comme étant a la Loy directement contraire

Car Nul ne peut tester d’aucun Sien heritage

Soit ou qu’il l’ait conquis par art Industrieux

Ou qu’il Soit Succedé de Ses deffunts Ayeux

Sinon que Son legs fust pour quelque Saint usage

Les testant étant Mort l’executeur doit faire

Invantaire des biens Et S’en Ensaisiner

Pour dedans l’An et jour les legs Executer

L’Executeur pouvant étre aussy legataire

Quoy que le Testateur ne nomme ny Ny n’ordonne

Nul pour Executer Son dernier Testament

Ce point ne Cassera Son legs Aucunement

Vû que l’heritier est Suffisante personne

Ceux de qui on Se Sert du Signe ou temoignage

Afin de confirmer du testant le Vouloir

Ne doivent dudit legs Nul profit recevoir

Car c’est contre la Loy, la Coustume et usage

La Loy ne permet point a pere ne a mere

Quelcun de leurs Enfans plus que l’autre aventager

Soit par legs ou par don que S’ils veullent tr--

Ils doivent leur donner par Egalle Maniere

Donations

La Loy pour reprimer la Mauvaise Nature

Q’en vers quelques Enfans un pere peut avoir

A tous peres defend donner de leur avoir

A leurs Enfans Sinon par Esgalle Mesure

Et partant c il lequel de Maints Enfans est pere

ne peut qu’Egallement donner a Ses Enfans

ny aux Enfants d’iceux heritiers decendans

Pour quoy legallité fist Accord entres freres

Nulle Donation ny transport d’heritage

Un pere ne peut faire a Son Bastard Enfant

Que dedans l’An et jour de la Mort du donnant

Ne puissent Ses vrais hers reclamer l’heritage

Des Choses censees Meubles ou immeubles

Aucun ne peut changer du meuble la Nature

Meuble Suite n’a point hors la Main du detteur

Le Meuble Suit la Loy du lieu du possesseur

Et l’heritage Suit la Loy de Sa Demeure

Toutes Sortes de grains Croissant ou en Javelle

Avant le jour St. Jean Immeubles Sont Censés

Mais aprés ledit jour quoy qu’ils ne soient Coupés

La Loy ce Neantmoins biens meubles les appele

Toutes Sortes de fruits comme pommes et poires

Avant le premier jour du mois qui donne Vin

Immeubles Sont Censes, mais des qu’il a pris fin

Sont Meubles par aprés chose toute Notoire

Ce qui dans un logis tient a Clou ou Cheville

ou qu’on ne peut oster d’un lieu Sans fraction

D’immeubles ils Sont mis Sous l’appelation

Car Meuble est ce qui est a esmouvoir facille.

Richard Falle is an advocate of the Royal Court and senior partner at Bois & Bois, Bond Street Chambers, 1 & 2 Bond Street, St. Helier, Jersey, JE4 5QR.

______________________



[1] The text of the Ancien Coutumier en Vers is printed in Volume IV of Hoüard, Dictionnaire de Droit Normand (Rouen 1782)

[2] Neither Advocate Philip Le Couteur nor Ian Monins, both savants in the field of Jersey books, claims any previous knowledge of the poem.

[3] See for example the Preface to Poingdestre's Commentaires sur l'Ancienne Coûtume de Normandie.  "Il falloit faire un code de ce qui est praticable en la coustume, en la glose & au Style et y joindre les règlements du Conseil & Ordonances de nos Princes, que s'ils n'estoyent assez habiles pour cela,ils devoient pour le moins s'être arrêtés à l'ancienne coustume ou à la moderne, et ne les rejeter pas toutes deux, comme ils ont fait pour establir une Règle d'opinion et de conscience gouvernée le plus souvent par l'ignorance, ou par l'interest particulier, laquelle a produit en ces derniers temps des monstres de Jugements aussy contraires à la Justice comme ils le sont ordinairement les uns aux autres, auxquels pendant que nos chetifs Praticiens voullent s'arrêter et en faire des préjugés, ils trouvent ample matière pour chicaner le droit et jeter la poussière aux yeux des Justiciers pour leur ôter le vray prospect de l'Equité, et font de presque toutes causes, tant claires soient-elles, des causes d'amy, par y apporter de l'obscurité."

[4] The diaries are to be the subject of a forthcoming publication

[5] The author of the celebrated History of the Rebellion and Civil Wars in England, Hyde would later share Charles II's exile in Jersey and France and become his first minister after the Restoration in 1660.

[6] Sir Robert Marett, Bailiff of Jersey (1820-1884) a distinguished lawyer long revered by Jersey lawyers as the  draughtsman of the Loi (1880) sur la Propriété Fonçière.  The quotation is from his “Notice sur la Vie et les Ecrits de Monsr. Le Geyt” which prefaced the four volumes of Philippe Le Geyt’s Manuscripts published in 1846 by the States of Jersey and of which Marett was editor.

[7] Notice Biographique sur Jean Poingdestre by Advocate E.T. Nicolle, first published in 1907 by the Jersey Law Society with Poingdestre's Commentaires sur l'Ancienne Coûtume and reprinted at [1998] 2 JL Review 134.

[8] op.cit.p.viii

Page last updated 15 Oct 2014